Étude du jeudi 12 octobre 2017

Print Friendly

Accueil à partir de 20:45.

La réunion a lieu au local de l’association (plan d’accès Google) et commence à 21:00. Le déroulement est le suivant :

  • Prière d’ouverture
  • Étude d’un passage du Livre des Esprits : Livre II, ch. 3 retour de la vie corporelle à la vie spirituelle – Questions 149 à 153 : L’âme après la mort.
  • Étude d’un passage de l’Évangile selon le spiritisme : Chapitre 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE. – items 6 à 7 : Destination de la terre. Causes des misères humaines.
  • Étude d’un passage du Livre des médiums : Partie II – ch. 15 – MÉDIUMS SPÉCIAUX. – n°185. Aptitudes spéciales des médiums.
  • Vibrations
  • Passes collectives
  • Prière de clôture

Renseignements : contact

LE LIVRE DES ESPRITS
Livre II, ch. 3 retour de la vie corporelle à la vie spirituelle.
L’âme après la mort.
149. Que devient l’âme à l’instant de la mort ?
« Elle redevient Esprit, c’est-à-dire qu’elle rentre dans le monde des Esprits qu’elle avait quitté momentanément. »

150. L’âme, après la mort, conserve-t-elle son individualité ?
« Oui, elle ne la perd jamais. Que serait-elle si elle ne la conservait pas ? »
– Comment l’âme constate-t-elle son individualité, puisqu’elle n’a plus son corps matériel ?
« Elle a encore un fluide qui lui est propre, qu’elle puise dans l’atmosphère de sa planète et qui représente l’apparence de sa dernière incarnation : son périsprit. »
– L’âme n’emporte-t-elle rien avec elle d’ici-bas ?
« Rien que le souvenir, et le désir d’aller dans un monde meilleur. Ce souvenir est plein de douceur ou d’amertume, selon l’emploi qu’elle a fait de la vie ; plus elle est pure, plus elle comprend la futilité de ce qu’elle laisse sur la terre. »

151. Que penser de cette opinion qu’après la mort l’âme rentre dans le tout universel ?
« Est-ce que l’ensemble des Esprits ne forme pas un tout ? N’est-ce pas tout un monde ? Quand tu es dans une assemblée, tu es partie intégrante de cette assemblée, et pourtant tu as toujours ton individualité. »

152. Quelle preuve pouvons-nous avoir de l’individualité de l’âme après la mort ?
« N’avez-vous pas cette preuve par les communications que vous obtenez ? Si vous n’êtes pas aveugles vous verrez ; et si vous n’êtes pas sourds, vous entendrez, car bien souvent une voix vous parle qui vous révèle l’existence d’un être en dehors de vous. »
Ceux qui pensent qu’à la mort l’âme rentre dans le tout universel sont dans l’erreur s’ils entendent par là que, semblable à une goutte d’eau qui tombe dans l’Océan, elle y perd son individualité ; ils sont dans le vrai s’ils entendent par le tout universel l’ensemble des êtres incorporels dont chaque âme ou Esprit est un élément.
Si les âmes étaient confondues dans la masse, elles n’auraient que des qualités de l’ensemble, et rien ne les distinguerait les unes des autres ; elles n’auraient ni intelligence, ni qualités propres ; tandis que, dans toutes les communications, elles accusent la conscience du moi et une volonté distincte ; la diversité infinie qu’elles présentent sous tous les rapports est la conséquence même des individualités. S’il n’y avait, après la mort que ce qu’on appelle le grand Tout absorbant toutes les individualités, ce Tout serait uniforme, et dès lors toutes les communications que l’on recevrait du monde invisible seraient identiques. Puisqu’on y rencontre des êtres bons, d’autres mauvais, des savants et des ignorants, des heureux et des
malheureux ; qu’il y en a de tous les caractères : de gais et de tristes, de légers et de profonds, etc., c’est évidemment que ce sont des êtres distincts. L’individualité devient plus évidente encore quand ces êtres prouvent leur identité par des signes incontestables, des détails personnels relatifs à leur vie terrestre et que l’on peut constater ; elle ne peut être révoquée en doute quand ils se manifestent à la vue dans les apparitions. L’individualité de l’âme nous était enseignée, en théorie, comme un article de foi ; le spiritisme la rend patente, et en quelque sorte matérielle.

153. Dans quel sens doit-on entendre la vie éternelle ?
« C’est la vie de l’Esprit qui est éternelle ; celle du corps est transitoire et passagère. Quand le corps meurt, l’âme rentre dans la vie éternelle. »
– Ne serait-il pas plus exact d’appeler vie éternelle celle des purs Esprits, de ceux qui, ayant atteint le degré de perfection, n’ont plus d’épreuves à subir ?
« C’est plutôt le bonheur éternel, mais ceci est une question de mots ; appelez les choses comme vous voudrez, pourvu que vous vous entendiez. »

L’ÉVANGILE SELON LE SPIRITISME
Chapitre III, IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE.
Destination de la terre. Causes des misères humaines.
6. On s’étonne de trouver sur la terre tant de méchanceté et de mauvaises passions, tant de misères et d’infirmités de toutes sortes, et l’on en conclut que l’espèce humaine est une triste chose. Ce jugement provient du point de vue borné où l’on se place, et qui donne une fausse idée de l’ensemble. Il faut considérer que sur la terre on ne voit pas toute l’humanité, mais une très petite fraction de l’humanité. En effet, l’espèce humaine comprend tous les êtres doués de raison qui peuplent les innombrables mondes de l’univers ; or, qu’est-ce que la population de la terre auprès de la population totale de ces mondes ? Bien moins que celle d’un hameau par rapport à celle d’un grand empire. La situation matérielle et morale de l’humanité terrestre n’a plus rien qui étonne, si l’on se rend compte de la destination de la terre et de la nature de ceux qui l’habitent.

7. On se ferait des habitants d’une grande cité une idée très fausse si on les jugeait par la population des quartiers infimes et sordides. Dans un hospice, on ne voit que des malades ou des estropiés ; dans un bagne, on voit toutes les turpitudes, tous les vices réunis ; dans les contrées insalubres, la plupart des habitants sont pâles, malingres et souffreteux. Eh bien, qu’on se figure la terre comme étant un faubourg, un hospice, un pénitencier, un pays malsain, car elle est à la fois tout cela, et l’on comprendra pourquoi les afflictions l’emportent sur les jouissances, car on n’envoie pas à l’hospice les gens qui se portent bien, ni dans les maisons de correction ceux qui n’ont point fait de mal ; et ni les hospices, ni les maisons de correction ne sont des lieux de délices.
Or, de même que dans une ville toute la population n’est pas dans les hospices ou dans les prisons, toute l’humanité n’est pas sur la terre ; comme on sort de l’hospice quand on est guéri, et de la prison quand on a fait son temps, l’homme quitte la terre pour des mondes plus heureux quand il est guéri de ses infirmités morales.

LE LIVRE DES MÉDIUMS
Partie II, ch. 16 – MÉDIUMS SPÉCIAUX.
Aptitudes spéciales des médiums.
185. Outre les catégories de médiums que nous venons d’énumérer, la médiumnité présente une variété infinie de nuances qui constituent ce qu’on appelle les médiums spéciaux, et qui tiennent à des aptitudes particulières non encore définies, abstraction faite des qualités et des connaissances de l’Esprit qui se manifeste.
La nature des communications est toujours relative à la nature de l’Esprit, et porte le cachet de son élévation ou de son infériorité, de son savoir ou de son ignorance ; mais à mérite égal, au point de vue hiérarchique, il y a incontestablement chez lui une propension à s’occuper d’une chose plutôt que d’une autre ; les Esprits frappeurs, par exemple, ne sortent guère des manifestations physiques ; et parmi ceux qui donnent des manifestations intelligentes il y a des Esprits poètes, musiciens, dessinateurs, moralistes, savants, médecins, etc.. Nous parlons des Esprits d’un ordre moyen, car, arrivées à un certain degré, les aptitudes se confondent dans l’unité de la perfection. Mais, à côté de l’aptitude de l’Esprit, il y a celle du médium qui est pour lui un instrument plus ou moins commode, plus ou moins flexible, et dans lequel il découvre des qualités particulières que nous ne pouvons
apprécier.
Prenons une comparaison : un musicien très habile a sous la main plusieurs violons qui, pour le vulgaire, seront tous de bons instruments, mais entre lesquels l’artiste consommé fait une grande différence ; il y saisit des nuances d’une extrême délicatesse qui lui feront choisir les uns et rejeter les autres, nuances qu’il comprend par intuition plutôt qu’il ne peut les définir. Il en est de même à l’égard des médiums : à qualités égales dans la puissance médianimique, l’Esprit donnera la préférence à l’un ou à l’autre, selon le genre de communication qu’il veut faire. Ainsi, par exemple, on voit des personnes écrire, comme médiums, d’admirables poésies, quoique, dans les conditions ordinaires, elles n’aient jamais pu ou su faire deux vers ; d’autres, au contraire, qui sont poètes, et qui, comme médiums, n’ont jamais pu écrire que de la prose, malgré leur désir. Il en est de même du dessin, de la musique, etc.. Il y en a qui, sans avoir par eux-mêmes des connaissances scientifiques, ont une aptitude plus particulière pour recevoir des communications savantes ; d’autres sont pour les études historiques ; d’autres servent plus aisément d’interprètes aux Esprits moralistes ; en un mot, quelle que soit la flexibilité du médium, les communications qu’il reçoit avec le plus de facilité ont généralement un cachet spécial ; il en est même qui ne sortent pas d’un certain cercle d’idées, et quand ils s’en écartent, ils n’ont que des communications incomplètes, laconiques et souvent fausses. En dehors des causes d’aptitude, les Esprits se communiquent encore plus ou moins volontiers par tel ou tel intermédiaire, selon leurs sympathies ; ainsi, toutes choses égales d’ailleurs, le même Esprit sera beaucoup plus explicite avec certains médiums, uniquement parce qu’ils lui conviennent mieux.