Étude du jeudi 2 novembre 2017

Print Friendly

Accueil à partir de 20:45.

La réunion a lieu au local de l’association (plan d’accès Google) et commence à 21:00. Le déroulement est le suivant :

  • Prière d’ouverture
  • Étude d’un passage du Livre des Esprits : Livre II, ch. 3 Retour de la vie corporelle à la vie spirituelle – Questions 154 à 162 : Séparation de l’âme et du corps.
  • Étude d’un passage de l’Évangile selon le spiritisme : Chapitre 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE. – Instructions des Esprits – items 8 à 9 : Mondes inférieurs et mondes supérieurs.
  • Étude d’un passage du Livre des médiums : Partie II – ch. 15 – MÉDIUMS SPÉCIAUX. – n°186. Aptitudes spéciales des médiums (suite).
  • Vibrations
  • Passes collectives
  • Prière de clôture

Renseignements : contact

LE LIVRE DES ESPRITS
Livre II, ch. 3 retour de la vie corporelle à la vie spirituelle.
Séparation de l’âme et du corps.
154. La séparation de l’âme et du corps est-elle douloureuse ?
« Non, le corps souffre souvent plus pendant la vie qu’au moment de la mort : l’âme n’y est pour rien. Les souffrances que l’on éprouve quelquefois au moment de la mort sont une jouissance pour l’Esprit, qui voit arriver le terme de son exil. »
Dans la mort naturelle, celle qui arrive par l’épuisement des organes à la suite de l’âge, l’homme quitte la vie sans s’en apercevoir : c’est une lampe qui s’éteint faute d’aliment.

155. Comment s’opère la séparation de l’âme et du corps ?
« Les liens qui la retenaient étant rompus, elle se dégage. »
– La séparation s’opère-t-elle instantanément et par une brusque transition ? Y a-t-il une ligne de démarcation nettement tranchée entre la vie et la mort ?
« Non, l’âme se dégage graduellement et ne s’échappe pas comme un oiseau captif rendu subitement à la liberté. Ces deux états se touchent et se confondent ; ainsi l’Esprit se dégage peu à peu de ses liens : ils se dénouent et ne se brisent pas. »

Pendant la vie, l’Esprit tient au corps par son enveloppe semi-matérielle ou périsprit ; la mort est la destruction du corps seul et non de cette seconde enveloppe qui se sépare du corps, quand cesse en celui-ci la vie organique.
L’observation prouve qu’à l’instant de la mort le dégagement du périsprit n’est pas subitement complet ; il ne s’opère que graduellement et avec une lenteur très variable selon les individus ; chez les uns, il est assez prompt, et l’on peut dire que le moment de la mort est celui de la délivrance, à quelques heures près ; mais chez d’autres, ceux surtout dont la vie a été toute matérielle et sensuelle, le dégagement est beaucoup moins rapide et dure quelquefois des jours, des semaines et même des mois, ce qui n’implique pas dans le corps la moindre vitalité, ni la possibilité d’un retour à la vie, mais une simple affinité entre le corps et l’Esprit, affinité qui est toujours en raison de la prépondérance que, pendant la vie, l’Esprit a donnée à la matière. Il est rationnel de concevoir, en effet, que plus l’Esprit s’est identifié avec la matière, plus il a de peine à s’en séparer ; tandis que l’activité intellectuelle et morale, l’élévation des pensées, opèrent un commencement de dégagement même pendant la vie du corps et, quand arrive la mort, il est presque instantané.
Tel est le résultat des études faites sur tous les individus observés au moment de la mort. Ces observations prouvent encore que l’affinité qui, chez certains individus, persiste entre l’âme et le corps, est quelquefois très pénible, car l’Esprit peut éprouver l’horreur de la décomposition. Ce cas est exceptionnel et particulier à certains genres de vie et à certains genres de mort ; il se présente chez quelques suicidés.

156. La séparation définitive de l’âme et du corps peut-elle avoir lieu avant la cessation complète de la vie organique ?
« Dans l’agonie, l’âme a déjà quelquefois quitté le corps : il n’y a plus que la vie organique. L’homme n’a plus la conscience de lui-même, et pourtant il lui reste encore un souffle de vie. Le corps est une machine que le cœur fait mouvoir ; il existe tant que le cœur fait circuler le sang dans les veines, et n’a pas besoin de l’âme pour cela. »

157. Au moment de la mort, l’âme a-t-elle quelquefois une aspiration ou extase qui lui fait entrevoir le monde où elle va rentrer ?
« Souvent l’âme sent se briser les liens qui l’attachent au corps ; elle fait alors tous ses efforts pour les rompre entièrement. Déjà en partie dégagée de la matière, elle voit l’avenir se dérouler devant elle et jouit, par anticipation, de l’état d’Esprit. »

158. L’exemple de la chenille qui, d’abord, rampe sur la terre, puis s’enferme dans sa chrysalide sous une mort apparente pour renaître d’une existence brillante, peut-il nous donner une idée de la vie terrestre, puis du tombeau, et enfin de notre nouvelle existence ?
« Une idée en petit. La figure est bonne ; il ne faudrait cependant pas la prendre à la lettre, comme cela vous arrive souvent. »

159. Quelle sensation éprouve l’âme au moment où elle se reconnaît dans le monde des Esprits ?
« Cela dépend ; si tu as fait le mal avec le désir de le faire, tu te trouves au premier moment tout honteux de l’avoir fait. Pour le juste, c’est bien différent : elle est comme soulagée d’un grand poids, car elle ne craint aucun regard scrutateur. »

160. L’Esprit retrouve-t-il immédiatement ceux qu’il a connus sur la terre et qui sont morts avant lui ?
« Oui selon l’affection qu’il avait pour eux et celle qu’ils avaient pour lui ; souvent, ils viennent le recevoir à sa rentrée dans le monde des Esprits, et ils aident à le dégager des langes de la matière ; comme aussi il en est beaucoup qu’il retrouve et qu’il avait perdus de vue pendant son séjour sur la terre ; il voit ceux qui sont errants ; ceux qui sont incarnés, il va les visiter. »

161. Dans la mort violente et accidentelle, alors que les organes n’ont point encore été affaiblis par l’âge ou les maladies, la séparation de l’âme et la cessation de la vie ont-elles lieu simultanément ?
« Il en est généralement ainsi, mais dans tous les cas l’instant qui les sépare est très court. »

162. Après la décapitation, par exemple, l’homme conserve-t-il pendant quelques instants la conscience de lui-même ?
« Souvent il la conserve pendant quelques minutes jusqu’à ce que la vie organique soit complètement éteinte. Mais souvent aussi l’appréhension de la mort lui a fait perdre cette conscience avant l’instant du supplice. »

Il n’est ici question que de la conscience que le supplicié peut avoir de lui-même, comme homme et par l’intermédiaire des organes, et non comme Esprit. S’il n’a pas perdu cette conscience avant le supplice, il peut donc la conserver quelques instants, mais qui sont de très courte durée, et elle cesse nécessairement avec la vie organique du cerveau, ce qui n’implique pas, pour cela, que le périsprit soit entièrement dégagé du corps, au contraire ; dans tous les cas de mort violente, quand elle n’est pas amenée par l’extinction graduelle des forces vitales, les liens qui unissent le corps au périsprit sont plus tenaces, et le dégagement complet est plus lent.

L’ÉVANGILE SELON LE SPIRITISME
Chapitre III, ch. 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE.
INSTRUCTIONS DES ESPRITS.
Mondes inférieurs et mondes supérieurs.
8. La qualification de mondes inférieurs et de mondes supérieurs est plutôt relative qu’absolue ; tel monde est inférieur ou supérieur par rapport à ceux qui sont au-dessus ou au-dessous de lui dans l’échelle progressive.

La terre étant prise pour point de comparaison, on peut se faire une idée de l’état d’un monde inférieur en y supposant l’homme au degré des races sauvages ou des nations barbares que l’on trouve encore à sa surface, et qui sont les restes de son état primitif. Dans les plus arriérés, les êtres qui les habitent sont en quelque sorte rudimentaires ; ils ont la forme humaine, mais sans aucune beauté ; les instincts n’y sont tempérés par aucun sentiment de délicatesse ou de bienveillance, ni par les notions du juste et de l’injuste ; la force brutale y fait seule la loi. Sans industrie, sans inventions, les habitants dépensent leur vie à la conquête de leur nourriture. Cependant Dieu n’abandonne aucune de ses créatures ; au fond des ténèbres de l’intelligence gît, latente, la vague intuition d’un Être suprême, développée plus ou moins. Cet instinct suffit pour les rendre supérieurs les uns aux autres et préparer leur éclosion à une vie plus complète ; car ce ne sont point des êtres dégradés, mais des enfants qui grandissent.

Entre ces degrés inférieurs et les plus élevés, il y a d’innombrables échelons, et dans les Esprits purs, dématérialisés et resplendissants de gloire, on a peine à reconnaître ceux qui ont animé ces êtres primitifs, de même que dans l’homme adulte on a peine à reconnaître l’embryon.

9. Dans les mondes arrivés à un degré supérieur, les conditions de la vie morale et matérielle sont tout autres, même que sur la terre. La forme du corps est toujours, comme partout, la forme humaine, mais embellie, perfectionnée, et surtout purifiée. Le corps n’a rien de la matérialité terrestre, et n’est, par conséquent, sujet ni aux besoins, ni aux maladies, ni aux détériorations qu’engendre la prédominance de la matière ; les sens, plus exquis, ont des perceptions qu’étouffe ici-bas la grossièreté des organes ; la légèreté spécifique des corps rend la locomotion rapide et facile ; au lieu de se traîner péniblement sur le sol, il glisse, pour ainsi dire, à la surface, ou plane dans l’atmosphère sans antre effort que celui de la volonté, à la manière dont on représente les anges, ou dont les Anciens se figuraient les mânes dans les Champs Élysées. Les hommes conservent à leur gré les traits de leurs migrations passées et paraissent à leurs amis tels qu’ils les ont connus, mais illuminés par une lumière divine, transfigurés par les impressions intérieures, qui sont toujours élevées. Au lieu de visages ternes, ravagés par les souffrances et les passions, l’intelligence et la vie rayonnent de cet éclat que les peintres ont traduit par le nimbe ou l’auréole des saints.

Le peu de résistance qu’offre la matière à des Esprits déjà très avancés, rend le développement des corps rapide et l’enfance courte ou presque nulle ; la vie, exempte de soucis et d’angoisses, est proportionnellement beaucoup plus longue que sur la terre. En principe, la longévité est proportionnée au degré d’avancement des mondes. La mort n’y a rien des horreurs de la décomposition ; loin d’être un sujet d’effroi, elle est considérée comme une transformation heureuse, parce que là le doute sur l’avenir n’existe pas. Pendant la vie, l’âme, n’étant point enserrée dans une matière compacte, rayonne et jouit d’une lucidité qui la met dans un état presque permanent d’émancipation, et permet la libre transmission de la pensée.

LE LIVRE DES MÉDIUMS
Partie II – ch. 15 – MÉDIUMS SPÉCIAUX.
Aptitudes spéciales des médiums (suite).
186. On serait donc dans l’erreur si, par cela seul qu’on a sous la main un bon médium, eût-il même l’écriture la plus facile, on pensait obtenir par lui de bonnes communications en tous genres. La première condition est, sans contredit, de s’assurer de la source d’où elles émanent, c’est-à-dire des qualités de l’Esprit qui les transmet ; mais il n’est pas moins nécessaire d’avoir égard aux qualités de l’instrument que l’on donne à l’Esprit ; il faut donc étudier la nature du médium comme on étudie la nature de l’Esprit, car ce sont là les deux éléments essentiels pour obtenir un résultat satisfaisant. Il en est un troisième qui joue un rôle également important, c’est l’intention, la pensée intime, le sentiment plus ou moins louable de celui qui interroge ; et cela se conçoit : Pour qu’une communication soit bonne, il faut qu’elle émane d’un Esprit bon ; pour que ce bon Esprit PUISSE la transmettre, il lui faut un bon instrument ; pour qu’il VEUILLE la transmettre, il faut que le but lui convienne. L’Esprit, qui lit dans la pensée, juge si la question qu’on lui propose mérite une réponse sérieuse, et si la personne qui la lui adresse est digne de la recevoir ; dans le cas contraire, il ne perd pas son temps à semer de bons grains sur des pierres, et c’est alors que les Esprits légers et moqueurs se donnent carrière, parce que, s’inquiétant peu de la vérité, ils n’y regardent pas de si près, et sont généralement assez peu scrupuleux sur le but et sur les moyens.

Nous résumons ici les principaux genres de médiumnité afin d’en présenter, en quelque sorte, le tableau synoptique, comprenant ceux que nous avons déjà décrits dans les chapitres précédents, en indiquant les numéros où il en est question avec plus de détails.

Nous avons groupé les différentes variétés de médiums par analogie de causes et d’effets, sans que cette classification ait rien d’absolu. Quelques-unes se rencontrent fréquemment ; d’autres, au contraire, sont rares et même exceptionnelles, ce que nous avons soin de mentionner. Ces dernières indications ont toutes été fournies par les Esprits qui, du reste, ont revu ce tableau avec un soin tout particulier et l’ont complété par de nombreuses observations et de nouvelles catégories, de telle sorte qu’il est, pour ainsi dire, entièrement leur ouvrage. Nous avons indiqué par des guillemets leurs observations textuelles lorsque nous avons cru devoir les faire ressortir. Elles sont pour la plupart d’Eraste et de Socrate.