Étude du jeudi 5 octobre 2017

Print Friendly

Accueil à partir de 20:45.

La réunion a lieu au local de l’association (plan d’accès Google) et commence à 21:00. Le déroulement est le suivant :

  • Prière d’ouverture
  • Étude d’un passage du Livre des Esprits : Livre II, ch. 2 Incarnation des Esprits – Questions 147 à 148 : Matérialisme.
  • Étude d’un passage de l’Évangile selon le spiritisme : Chapitre 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE. – items 3 à 5 : Différents catégories de mondes habités.
  • Étude d’un passage du Livre des médiums : Partie II – ch. 15 – MÉDIUMS ÉCRIVAINS OU PSYCHOGRAPHES. – n°182 à 184. Médiums inspirés – Médiums à pressentiments.
  • Vibrations
  • Passes collectives
  • Prière de clôture

Renseignements : contact

LE LIVRE DES ESPRITS
Livre II, ch. 2 Incarnation des Esprits.
Matérialisme.
147. Pourquoi les anatomistes, les physiologistes, et en général, ceux qui approfondissent les sciences de la nature, sont-ils si souvent portés au matérialisme ?
« Le physiologiste rapporte tout à ce qu’il voit. Orgueil des hommes qui croient tout savoir et qui n’admettent pas que quelque chose puisse dépasser leur entendement. Leur science même leur donne de la présomption ; ils pensent que la nature ne peut rien avoir de caché pour
eux. »

148. N’est-il pas fâcheux que le matérialisme soit une conséquence d’études qui devraient, au contraire, montrer à l’homme la supériorité de l’intelligence qui gouverne le monde ? Faut-il en conclure qu’elles sont dangereuses ?
« Il n’est pas vrai que le matérialisme soit une conséquence de ces études ; c’est l’homme qui en tire une fausse conséquence, car il peut abuser de tout, même des meilleures choses. Le néant, d’ailleurs, les effraye plus qu’ils ne veulent le faire paraître, et les esprits forts sont souvent plus fanfarons que braves. La plupart ne sont matérialistes que parce qu’ils n’ont rien pour combler ce vide ; devant ce gouffre qui s’ouvre devant eux, montrez-leur une ancre de salut, et ils s’y cramponneront avec empressement. »

Par une aberration de l’intelligence, il y a des gens qui ne voient dans les êtres organiques que l’action de la matière et y rapportent tous nos actes. Ils n’ont vu dans le corps humain que la machine électrique ; ils n’ont étudié le mécanisme de la vie que dans le jeu des organes ; ils l’ont vue s’éteindre souvent par la rupture d’un fil, et ils n’ont vu rien d’autre que ce fil ; ils ont cherché s’il restait quelque chose, et comme ils n’ont trouvé que la matière devenue inerte, qu’ils n’ont pas vu l’âme s’échapper et n’ont pu la saisir, ils en ont conclu que tout était dans les propriétés de la matière, et qu’ainsi après la mort il n’y a que le néant de la pensée ; triste conséquence, s’il en était ainsi : car alors le bien et le mal seraient sans but, l’homme serait fondé à ne penser qu’à lui et à mettre au-dessus de tout la satisfaction de ses jouissances matérielles ; les liens sociaux seraient rompus, et les affections les plus saintes brisées sans retour. Heureusement, ces idées sont loin d’être générales ; on peut même dire qu’elles sont très circonscrites, et ne constituent que des opinions individuelles, car nulle part elles n’ont été érigées en doctrine. Une société fondée sur ces bases porterait en soi le germe de sa dissolution, et ses membres s’entre-déchireraient comme des bêtes féroces.

L’homme a instinctivement la pensée que tout, pour lui, ne finit pas avec la vie ; il a horreur du néant ; il a beau s’être raidi contre la pensée de l’avenir, quand vient le moment suprême, il en est peu qui ne se demandent ce qu’il va en être d’eux ; car l’idée de quitter la vie sans retour a quelque chose de navrant. Qui pourrait, en effet, envisager avec indifférence une séparation absolue, éternelle de tout ce que l’on a aimé ? Qui pourrait voir sans effroi s’ouvrir devant soi le gouffre immense du néant, où viendraient s’engloutir à jamais toutes nos facultés, toutes nos espérances et se dire : Quoi ! après moi, rien, plus rien que le vide ; tout est fini sans retour ; encore quelques jours et mon souvenir sera effacé de la mémoire de ceux qui me survivent ; bientôt il ne restera nulle trace de mon passage sur la terre ; le bien même que j’ai fait sera oublié des ingrats que j’ai obligés ; et rien pour compenser tout cela, aucune autre perspective que celle de mon corps rongé par les vers !

Ce tableau n’a-t-il pas quelque chose d’affreux, de glacial ? La religion nous enseigne qu’il ne peut en être ainsi, et la raison nous le confirme ; mais cette existence future, vague et indéfinie, n’a rien qui satisfasse notre amour du positif ; c’est ce qui, chez beaucoup, engendre le doute. Nous avons une âme, soit ; mais qu’est-ce que c’est que notre âme ? A-t-elle une forme, une apparence quelconque ? Est-ce un être limité ou indéfini ? Les uns disent que c’est un souffle de Dieu, d’autres une étincelle, d’autres une partie du grand Tout, le principe de la vie et de l’intelligence ; mais qu’est-ce que tout cela nous apprend ? Que nous importe d’avoir une âme si après nous elle se confond dans l’immensité comme les gouttes d’eau dans l’océan ! La perte de notre individualité n’est-elle pas pour nous comme le néant ? On dit encore qu’elle est immatérielle ; mais une chose immatérielle ne saurait avoir des proportions définies ; pour nous ce n’est rien. La religion nous enseigne aussi que nous serons heureux ou malheureux, selon le bien ou le mal que nous aurons fait ; mais quel est ce bonheur qui nous attend dans le sein de Dieu ? Est-ce une béatitude, une contemplation éternelle, sans autre emploi que de chanter les louanges du Créateur ? Les flammes de l’enfer sont-elles une réalité ou une figure ? L’Église elle-même l’entend dans cette dernière acception, mais quelles sont ces souffrances ? Où est ce lieu de supplice ? En un mot, que fait-on, que voit-on, dans ce monde qui nous attend tous ? Personne, dit-on, n’est revenu pour nous en rendre compte. C’est une erreur, et la mission du spiritisme est précisément de nous éclairer sur cet avenir, de nous le faire, jusqu’à un certain point, toucher au doigt et à l’œil, non plus par le raisonnement, mais par les faits. Grâce aux communications spirites, ce n’est plus une présomption, une probabilité sur laquelle chacun brode à sa guise, que les poètes embellissent de leurs fictions, ou sèment d’images allégoriques qui nous trompent, c’est la réalité qui nous apparaît, car ce sont les êtres mêmes d’outre-tombe qui viennent nous dépeindre leur situation, nous dire ce qu’ils font, qui nous permettent d’assister pour ainsi dire à toutes les péripéties de leur vie nouvelle, et, par ce moyen, nous montrent le sort inévitable qui nous est réservé selon nos mérites et nos méfaits. Y a-t-il là rien d’anti-religieux ? Bien au contraire, puisque les incrédules y trouvent la foi et les tièdes un renouvellement de ferveur et de confiance. Le spiritisme est donc le plus puissant auxiliaire de la religion. Puisque cela est, c’est que Dieu le permet, et il le permet pour ranimer nos espérances chancelantes, et nous ramener dans la voie du bien par la perspective de l’avenir.

L’ÉVANGILE SELON LE SPIRITISME
Chapitre III, IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE.
Différents catégories de mondes habités.
3. De l’enseignement donné par les Esprits, il résulte que les divers mondes sont dans des conditions très différentes les unes des autres quant au degré d’avancement ou d’infériorité de leurs habitants. Dans le nombre, il en est dont ces derniers sont encore inférieurs à ceux de la terre physiquement et moralement ; d’autres sont au même degré, et d’autres lui sont plus ou moins supérieurs à tous égards. Dans les mondes inférieurs l’existence est toute matérielle, les passions règnent en souveraines, la vie morale est à peu près nulle. A mesure que celle-ci se développe, l’influence de la matière diminue, de telle sorte que dans les mondes les plus avancés la vie est pour ainsi dire toute spirituelle.

4. Dans les mondes intermédiaires il y a mélange de bien et de mal, prédominance de l’un ou de l’autre, selon le degré d’avancement. Quoiqu’il ne puisse être fait des divers mondes une classification absolue, on peut néanmoins, en raison de leur état et de leur destination, et en se basant sur les nuances les plus tranchées, les diviser d’une manière générale, ainsi qu’il suit, savoir : les mondes primitifs, affectés aux premières incarnations de l’âme humaine ; les mondes d’expiations et d’épreuves, où le mal domine ; les mondes régénérateurs, où les âmes qui ont encore à expier puisent de nouvelles forces, tout en se reposant des fatigues de la lutte ; les mondes heureux, où le bien l’emporte sur le mal ; les mondes célestes ou divins, séjour des Esprits épurés, où le bien règne sans partage. La terre appartient à la catégorie des mondes d’expiations et d’épreuves, c’est pourquoi l’homme y est en butte à tant de misères.

5. Les Esprits incarnés sur un monde n’y sont point attachés indéfiniment, et n’y accomplissent pas toutes les phases progressives qu’ils doivent parcourir pour arriver à la perfection. Quand ils ont atteint sur un monde le degré d’avancement qu’il comporte, ils passent dans un autre plus avancé, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils soient arrivés à l’état de purs Esprits. Ce sont autant de stations à chacune desquelles ils trouvent des éléments de progrès proportionnés à leur avancement. C’est pour eux une récompense de passer dans un monde d’un ordre plus élevé, comme c’est un châtiment de prolonger leur séjour dans un monde malheureux, ou d’être relégués dans un monde plus malheureux encore que celui qu’ils sont forcés de quitter, quand ils se sont obstinés dans le mal.

LE LIVRE DES MÉDIUMS
Partie II, ch. 15 – MÉDIUMS ÉCRIVAINS OU PSYCHOGRAPHES.
Médiums inspirés.
182. Toute personne qui, soit dans l’état normal, soit dans l’état d’extase, reçoit, par la pensée, des communications étrangères à ses idées préconçues, peut être rangée dans la catégorie des médiums inspirés ; c’est, comme on le voit, une variété de la médiumnité intuitive, avec cette différence que l’intervention d’une puissance occulte y est encore bien moins sensible, car, chez l’inspiré, il est encore plus difficile de distinguer la pensée propre de celle qui est suggérée. Ce qui caractérise cette dernière, c’est surtout la spontanéité. L’inspiration nous vient des Esprits qui nous influencent en bien ou en mal, mais elle est plutôt le fait de ceux qui nous veulent du bien et dont nous avons trop souvent le tort de ne pas suivre les conseils ; elle s’applique à toutes les circonstances de la vie dans les résolutions que nous devons prendre ; sous ce rapport on peut dire que tout le monde est médium, car il n’est personne qui n’ait ses Esprits protecteurs et familiers qui font tous leurs efforts pour suggérer à leurs protégés des pensées salutaires. Si l’on était bien pénétré de cette vérité, on aurait plus souvent recours à l’inspiration de son ange gardien dans les moments où l’on ne sait que dire ou que faire. Qu’on l’invoque donc avec ferveur et confiance en cas de nécessité, et l’on sera le plus souvent étonné des idées qui surgiront comme par enchantement, soit que l’on ait un parti à prendre, soit que l’on ait quelque chose à composer. Si aucune idée ne venait, c’est qu’il faudrait attendre. La preuve que l’idée qui survient est bien une idée étrangère à soi, c’est que si elle eût été en soi, on en eût toujours été maître, et il n’y aurait pas de raison pour qu’elle ne se manifestât pas à volonté. Celui qui n’est pas aveugle n’a qu’à ouvrir les yeux pour voir quand il veut ; de même, celui qui a des idées à lui les a toujours à sa disposition ; si elles ne lui
viennent pas à son gré, c’est qu’il est obligé de les puiser ailleurs que dans son propre fonds.
On peut encore rattacher à cette catégorie les personnes qui, sans être douées d’une intelligence hors ligne, et sans sortir de l’état normal, ont des éclairs d’une lucidité intellectuelle qui leur donne momentanément une facilité inaccoutumée de conception et d’élocution, et, dans certains cas, le pressentiment des choses futures. Dans ces moments qu’on appelle justement d’inspiration, les idées abondent, se suivent, s’enchaînent pour ainsi dire d’elles-mêmes et par une impulsion involontaire et presque fébrile ; il nous semble qu’une intelligence supérieure vient nous aider et que notre esprit est débarrassé d’un fardeau.

183. Les hommes de génie dans tous les genres, artistes, savants, littérateurs, sont sans doute des Esprits avancés, capables par eux-mêmes de comprendre et de concevoir de grandes choses ; or, c’est précisément parce qu’ils sont jugés capables, que les Esprits qui veulent l’accomplissement de certains travaux leur suggèrent les idées nécessaires, et c’est ainsi qu’ils sont le plus souvent médiums sans le savoir. Ils ont pourtant une vague intuition d’une assistance étrangère, car celui qui fait appel à l’inspiration ne fait pas autre chose qu’une évocation ; s’il n’espérait pas être entendu, pourquoi s’écrierait-il si souvent : Mon bon génie, viens à mon aide !

Les réponses suivantes confirment cette assertion.
– Quelle est la cause première de l’inspiration ?
«Esprit qui se communique par la pensée.»
– L’inspiration n’a-t-elle pour objet que la révélation des grandes choses ?
«Non, elle a souvent rapport aux circonstances les plus ordinaires de la vie. Par exemple, tu veux aller quelque part : une voix secrète te dit de ne pas le faire parce qu’il y a du danger pour toi ; ou bien elle te dit de faire une chose à laquelle tu ne pensais pas : c’est de l’inspiration. Il y a bien peu de personnes qui n’aient été plus ou moins inspirées dans
certains moments.»

– Un auteur, un peintre, un musicien, par exemple, dans les moments d’inspiration, pourraient-ils être considérés comme médiums ?
«Oui, car dans ces moments, leur âme est plus libre et comme dégagée de la matière ; elle recouvre une partie de ses facultés d’Esprit et reçoit plus facilement les communications des autres Esprits qui l’inspirent.»

Médiums à pressentiments.
184. Le pressentiment est une intuition vague des choses futures. Certaines personnes ont cette faculté plus ou moins développée ; elles peuvent la devoir à une sorte de double vue qui leur permet d’entrevoir les conséquences des choses présentes et la filiation des événements ; mais souvent aussi elle est le fait de communications occultes, et c’est dans ce cas surtout qu’on peut donner à ceux qui en sont doués le nom de médiums à pressentiments, qui sont une variété des médiums inspirés.