Étude du jeudi 14 décembre 2017

Print Friendly, PDF & Email

Accueil à partir de 20:45.

La réunion a lieu au local de l’association (plan d’accès Google) et commence à 21:00.
Voici le déroulement de la séance d’études avec les textes correspondants :

  • Prière d’ouverture
  • Étude d’un passage du Livre des Esprits : Livre II, ch. 3 Retour de la vie corporelle à la vie spirituelle – Questions 178 à 185 : Incarnations nos les différents mondes (suite).
  • Étude d’un passage de l’Évangile selon le spiritisme : Chapitre 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE. – Instructions des Esprits – items 16 à 18 : Mondes régénérateurs.
  • Étude d’un passage du Livre des médiums : Partie II – ch. 16 – MÉDIUMS SPÉCIAUX. – n°190. Tableau synoptique des différentes variétés de médiums.
  • Vibrations
  • Passes collectives
  • Prière de clôture

Renseignements : contact

LE LIVRE DES ESPRITS
Livre II, ch. 3 retour de la vie corporelle à la vie spirituelle.
Incarnations dans les différents mondes (suite).
178. Les Esprits peuvent-ils revivre corporellement dans un monde relativement inférieur à celui où ils ont déjà vécu ?
« Oui, quand ils ont à remplir une mission pour aider au progrès, et alors ils acceptent avec joie les tribulations de cette existence, parce qu’elles leur fournissent un moyen d’avancer. »
– Cela ne peut-il pas aussi avoir lieu par expiation, et Dieu ne peut-il envoyer des Esprits rebelles dans des mondes inférieurs ?
« Les Esprits peuvent rester stationnaires, mais ils ne rétrogradent pas, et alors leur punition est de ne pas avancer et de recommencer les existences mal employées dans le milieu qui convient à leur nature. »
– Quels sont ceux qui doivent recommencer la même existence ?
« Ceux qui faillissent à leur mission ou à leurs épreuves. »

179. Les êtres qui habitent chaque monde sont-ils tous arrivés au même degré de perfection ?
« Non ; c’est comme sur la terre : il y en a de plus ou moins avancés. »

180. En passant de ce monde dans un autre, l’Esprit conserve-t-il l’intelligence qu’il avait dans celui-ci ?
« Sans doute, l’intelligence ne se perd pas, mais il peut n’avoir pas les mêmes moyens de la manifester ; cela dépend de sa supériorité et de l’état du corps qu’il prendra. » (Voir Influence de l’organisme).

181. Les êtres qui habitent les différents mondes ont-ils des corps semblables aux nôtres ?
« Sans doute ils ont des corps, parce qu’il faut bien que l’Esprit soit revêtu de matière pour agir sur la matière ; mais cette enveloppe est plus ou moins matérielle selon le degré de pureté où sont arrivés les Esprits, et c’est ce qui fait la différence des mondes que nous devons parcourir ; car il y a plusieurs demeures chez notre Père et pour lors plusieurs degrés. Les uns le savent et en ont conscience sur cette terre, et d’autres ne sont nullement de même. »

182. Pouvons-nous connaître exactement l’état physique et moral des différents mondes ?
« Nous, Esprits, nous ne pouvons répondre que suivant le degré dans lequel vous êtes ; c’est-à-dire que nous ne devons pas révéler ces choses à tous, parce que tous ne sont pas en état de les comprendre et cela les troublerait. »
A mesure que l’Esprit se purifie, le corps qu’il revêt se rapproche également de la nature spirite. La matière est moins dense, il ne rampe plus péniblement à la surface du sol, les besoins physiques sont moins grossiers, les êtres vivants n’ont plus besoin de s’entre-détruire pour se nourrir. L’Esprit est plus libre, et a pour les choses éloignées des perceptions qui nous sont inconnues ; il voit par les yeux du corps ce que nous ne voyons que par la pensée.
L’épuration des Esprits amène chez les êtres dans lesquels ils sont incarnés le perfectionnement moral. Les passions animales s’affaiblissent, et l’égoïsme fait place au sentiment fraternel. C’est ainsi que, dans les mondes supérieurs à la terre, les guerres sont inconnues ; les haines et les discordes y sont sans objet, parce que nul ne songe à faire du tort à son semblable. L’intuition qu’ils ont de leur avenir, la sécurité que leur donne une conscience exempte de remords, font que la mort ne leur cause aucune appréhension ; ils la voient venir sans crainte et comme une simple transformation.
La durée de la vie, dans les différents mondes, paraît être proportionnée au degré de supériorité physique et morale de ces mondes, et cela est parfaitement rationnel. Moins le corps est matériel, moins il est sujet aux vicissitudes qui le désorganisent ; plus l’Esprit est pur, moins il a de passions qui le minent. C’est encore là un bienfait de la Providence qui veut ainsi abréger les souffrances.

183.En passant d’un monde à l’autre, l’Esprit passe-t-il par une nouvelle enfance ?
« L’enfance est partout une transition nécessaire, mais elle n’est pas partout aussi stupide que chez vous. »

184. L’Esprit a-t-il le choix du nouveau monde qu’il doit habiter ?
« Pas toujours, mais il peut le demander, et il peut l’obtenir s’il le mérite ; car les mondes ne sont accessibles aux Esprits que selon le degré de leur élévation. »
– Si l’Esprit ne demande rien, qu’est-ce qui détermine le monde où il sera réincarné ?
« Le degré de son élévation. »

185. L’état physique et moral des êtres vivants est-il perpétuellement le même dans chaque globe ?
« Non ; les mondes aussi sont soumis à la loi du progrès. Tous ont commencé comme le vôtre par être dans un état inférieur, et la terre elle- même subira une transformation semblable ; elle deviendra un paradis terrestre lorsque les hommes seront devenus bons. »
C’est ainsi que les races qui peuplent aujourd’hui la terre disparaîtront un jour et seront remplacées par des êtres de plus en plus parfaits ; ces races transformées succéderont à la race actuelle, comme celle-ci a succédé à d’autres plus grossières encore.

L’ÉVANGILE SELON LE SPIRITISME
Chapitre 3 IL Y A PLUSIEURS DEMEURES DANS LA MAISON DE MON PÈRE.
INSTRUCTIONS DES ESPRITS (suite)
Mondes régénérateurs.
16. Parmi ces étoiles qui scintillent dans la voûte azurée, combien est- il de mondes, comme le vôtre, désignés par le Seigneur pour l’expiation et l’épreuve ! Mais il en est aussi de plus misérables et de meilleurs, comme il en est de transitoires que l’on peut appeler régénérateurs. Chaque tourbillon planétaire, courant dans l’espace autour d’un foyer commun, entraîne avec lui ses mondes primitifs, d’exil, d’épreuve, de régénération et de félicité. Il vous a été parlé de ces mondes où l’âme naissante est placée, alors qu’ignorante encore du bien et du mal, elle peut marcher à Dieu, maîtresse d’elle-même, en possession de son libre arbitre ; il vous a été dit de quelles larges facultés l’âme a été douée pour faire le bien ; mais, hélas ! il en est qui succombent, et Dieu, ne voulant pas les anéantir, leur permet d’aller dans ces mondes où, d’incarnations en incarnations, elles s’épurent, se régénèrent, et reviendront dignes de la gloire qui leur était destinée.

17. Les mondes régénérateurs servent de transition entre les mondes d’expiation et les mondes heureux ; l’âme qui se repent y trouve le calme et le repos en achevant de s’épurer. Sans doute, dans ces mondes, l’homme est encore sujet des lois qui régissent la matière ; l’humanité éprouve vos sensations et vos désirs, mais elle est affranchie des passions désordonnées dont vous êtes esclaves ; là plus d’orgueil qui fait taire le coeur, plus d’envie qui le torture, plus de haine qui l’étouffe ; le mot amour est écrit sur tous les fronts ; une parfaite équité règle les rapports sociaux ; tous se montrent Dieu, et tentent d’aller à lui en suivant ses lois.
Là, pourtant, n’est point encore le parfait bonheur, mais c’est l’aurore du bonheur. L’homme y est encore chair, et par cela même sujet à des vicissitudes dont ne sont exempts que les êtres complètement dématérialisés ; il a encore des épreuves à subir, mais elles n’ont point les poignantes angoisses de l’expiation. Comparés à la terre, ces mondes sont très heureux, et beaucoup d’entre vous seraient satisfaits de s’y arrêter, car c’est le calme après la tempête, la convalescence après une cruelle maladie; mais l’homme, moins absorbé par les choses matérielles, entrevoit mieux l’avenir que vous ne le faites ; il comprend qu’il est d’autres joies que le Seigneur promet à ceux qui s’en rendent dignes, quand la mort aura de nouveau moissonné leurs corps pour leur donner la vraie vie. C’est alors que l’âme affranchie planera sur tous les horizons ; plus de sens matériels et grossiers, mais les sens d’un périsprit pur et céleste, aspirant les émanations de Dieu même sous les parfums d’amour et de charité qui s’épandent de son sein.

18. Mais, hélas ! dans ces mondes, l’homme est encore faillible, et l’Esprit du mal n’y a pas complètement perdu son empire. Ne pas avancer c’est reculer, et s’il n’est pas ferme dans la voie du bien, il peut retomber dans les mondes d’expiation, où l’attendent de nouvelles et plus terribles épreuves.
Contemplez donc cette voûte azurée, le soir, à l’heure du repos et de la prière, et dans ces sphères innombrables qui brillent sur vos têtes, demandez-vous ceux qui mènent à Dieu, et priez-le qu’un monde régénérateur vous ouvre son sein après l’expiation de la terre. (SAINT AUGUSTIN. Paris, 1862.)

LE LIVRE DES MÉDIUMS
Partie II – ch. 15 – MÉDIUMS SPÉCIAUX.
Tableau synoptique des différentes variétés de médiums.
190. Médiums spéciaux pour les effets intellectuels. Aptitudes diverses. Médiums auditifs ; ceux qui entendent les Esprits. Assez communs. (N° 165.)
«Il y en a beaucoup qui se figurent entendre ce qui n’est que dans leur imagination.»

Médiums parlants ; ceux qui parlent sous l’influence des Esprits.
Assez communs. (N° 166.)

Médiums voyants ; ceux qui voient les Esprits à l’état de veille. La vue accidentelle et fortuite d’un Esprit dans une circonstance particulière est assez fréquente ; mais la vue habituelle ou facultative des Esprits sans distinction est exceptionnelle. (N° 167.)
«C’est une aptitude à laquelle s’oppose l’état actuel des organes ; c’est pourquoi il est utile de ne pas toujours croire sur parole ceux qui disent voir les Esprits.»

Médiums inspirés ; ceux auxquels des pensées sont suggérées par les Esprits, le plus souvent à leur insu, soit pour les actes ordinaires de la vie, soit pour les grands travaux de l’intelligence. (N° 182.)

Médiums à pressentiments; personnes qui, dans certaines circonstances, ont une vague intuition des choses futures vulgaires. (N° 184.)

Médiums prophétiques; variété des médiums inspirés ou à pressentiments ; ils reçoivent, avec la permission de Dieu, et avec plus de précision que les médiums à pressentiments, la révélation des choses futures d’un intérêt général, et qu’ils sont chargés de faire connaître aux hommes pour leur instruction.
«S’il y a de vrais prophètes, il y en a plus encore de faux, et qui prennent les rêves de leur imagination pour des révélations, quand ce ne sont pas des fourbes qui se font passer pour tels par ambition.» (Voir au Livre des Esprits, n° 624, caractères du vrai prophète.)

Médiums somnambules ; ceux qui, dans l’état de somnambulisme, sont assistés par des Esprits. (N° 172.)

Médiums extatiques ; ceux qui, dans l’état d’extase, reçoivent des révélations de la part des Esprits.
«Beaucoup d’extatiques sont le jouet de leur propre imagination et des Esprits trompeurs qui profitent de leur exaltation. Ceux qui méritent une entière confiance sont très rares.»

Médiums peintres et dessinateurs ; ceux qui peignent ou dessinent sous l’influence des Esprits. Nous parlons de ceux qui obtiennent des choses sérieuses, car on ne saurait donner ce nom à certains médiums auxquels des Esprits moqueurs font faire des choses grotesques que désavouerait le dernier écolier.

Les Esprits légers sont imitateurs. A l’époque où parurent les remarquables dessins de Jupiter, il surgit un grand nombre de prétendus médiums dessinateurs, auxquels des Esprits moqueurs s’amusèrent à faire faire les choses les plus ridicules. L’un d’eux, entre autres, voulant éclipser les dessins de Jupiter, au moins par la dimension si ce n’est par la qualité, fit dessiner à un médium un monument occupant un assez grand nombre de feuilles pour atteindre la hauteur de deux étages. Beaucoup d’autres firent faire de soi-disant portraits qui étaient de véritables caricatures. (Revue spirite, août 1858.)

Médiums musiciens ; ceux qui exécutent, composent ou écrivent de la musique sous l’influence des Esprits. Il y a des médiums musiciens mécaniques, semi-mécaniques, intuitifs, et inspirés comme pour les communications littéraires. (Voir Médiums à effets musicaux.)