La pratique du Spiritisme

  • Le Spiritisme n’a pas de sacerdoce. Il n’adopte ni utilise dans ses réunions et dans ses pratiques : parements, boissons alcooliques, encens, fumées, autels, icônes, brancards, bougies, processions, talismans, amulettes, sacrements, concession d’indulgences, horoscopes, cartomancie, pyramides, cristaux, buccins, rituels ou toute autre forme de culte extérieur.
  • La pratique spirite n’a aucun culte extérieur, selon le principe chrétien que Dieu doit être adoré en esprit et en vérité.
  • Toute pratique spirite est gratuite, selon le principe de l’Evangile : « Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement ».
  • Le Spiritisme n’impose pas ses principes. Il invite les intéressés qui désirent le connaître à soumettre ses enseignements au crible de la raison avant de les accepter.
  • La médiumnité, qui permet la communication entre les Esprits et les hommes, est un don que beaucoup de personnes apportent à leur naissance, indépendamment de la directrice doctrinale adoptée dans leur vie.
  • La pratique médiumnique spirite n’est que celle qui est exercée sur la base des principes de la Doctrine Spirite et selon la morale chrétienne.
  • Le Spiritisme respecte toutes les religions, valorise les efforts pour la pratique du bien, travaille à la confraternité entre tous les hommes indépendamment de leur race, couleur, nationalité, croyance ou niveau culturel social, et reconnaît que « le véritable homme de bien est celui qui pratique la loi de justice, d’amour et de charité dans sa plus grande pureté ».